• Accueil
  • > escale à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques)

escale à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques)

Biarritz n’est qu’à une heure de route de chez moi, je vais souvent y passer la journée, ou le week-end. Je loge alors à l’hôtel Oxo, un confortable ** du centre-ville au design très abouti : l’accueil est sympa, le petit-déjeuner savoureux, le wifi, gratuit, les chambres propres et bien équipées …

L’Oxo est membre de la fédération Contact Hôtel, un groupement d’hôteliers indépendants qui me déçoit rarement (je recommande par exemple les hôtels de Rouen, Le Havre, Cavaillon, Nîmes, Saint-Quentin, La Rochelle …).

Le midi, pour l’apéro et pour le déjeuner, j’apprécie la terrasse (ou, pour manger, la salle et ses baies vitrées quand il pleut : on peut toujours boire l’apéro sous les arcades) du Café de la Grande plage, au rez-de-sable du Casino : on y mange plutôt bien (comptez 30/40 euros) avec sur la mer une vue imprenable.

Un peu plus loin de la mer, sur les hauteurs, à côté des Halles (ouvertes tous les jours de 7h à 13h30 dimanche et jours fériés compris), il y a le Bar Jean, que je préfère (nettement) à son voisin cousin Café Jean : l’ambiance du café, la qualité (et la variété) des tapas, des plats de la cuisine basque, la déco, l’enthousiasme du personnel, font qu’on y passe un très bon moment (on y boit de l’excellent txakoli de Getaria).

J’ai aussi mangé à La table Basque (avenue de la Marne), et c’était bien (spécialités régionales, plancha, charcuteries …).

On passe à Biarritz la journée à se promener, le long de la mer, bien sûr, jusqu’au Port Vieux (où l’on peut aussi manger, surtout du poisson grillé), au Rocher de la Vierge et à la plage de la Côte des Basques (de là, on remonte par les chemins qui serpentent dans les jardins et on redescend par la rue Gambetta qui vous ramène, via les Halles, en centre-ville), il faut juste se débrouiller pour être à l’heure du goûter devant chez Miremont (ce n’est pas très original, mais c’est incontournable quand on est gourmand), une pâtisserie ouverte depuis 1872.
On peut aussi redescendre (et remonter) la rue Mazagran, pour ses différentes boutiques de déco, de tissus basques (comme Jean Vier, qui n’est pas le moins cher) et d’espadrilles (en bas de la rue, au bout de la plage du Port Vieux, dans les rochers, il y a un bien agréable bistrot « les pieds dans l’eau », mais on peut – on doit – éviter l’Arena Café, comme on doit éviter avec soin les restos de la place Sainte-Eugénie).

Laisser un commentaire