• Accueil
  • > les critiques aux fourneaux

les critiques aux fourneaux

l’APCIG, l’association professionnelle des critiques et informateurs de la gastronomie et du vin, qui fédère les journalistes gastronomiques français, vient de publier, au profit des Restos du Coeur, un livre de recettes intitulé les critiques aux fourneaux, dans lequel une soixantaine de critiques et journalistes gastronomiques propose 120 recettes personnelles, illustrées des dessins rigolos de Michel Bridenne : retrouvez-le sur le site de la fnac à prix fnac (20,90 euros au lieu de 22), livraison comprise !

lescritiquesauxfourneaux.jpg

je signe, pour ma part, la recette des carbonades flamandes de ma grand-mère (à la bière Piedboeuf et au Sirop de Liège),
et la recette du felfel de Tlemcen, que mon épouse a emprunté à sa mère …

l’intégralité des droits d’auteurs est reversée (directement par l’éditeur) aux Restos du Coeur : une bonne raison pour l’acheter et pour l’offrir, par exemple à Noël …

FAITES VOS COURSES

achetez en ligne du Sirop de Liège

BONUS

j’avais préparé aussi la recette de la joue de boeuf à la cannelle,
mais elle n’a pas été retenue,
alors : je vous la donne ici, pour rien, cadeau !
que cela ne vous empêche pas de faire un don aux restos du coeur !

Joue de bœuf à la cannelle
Pierre-Brice Lebrun

Cette recette, pas compliquée à réaliser, est une invention personnelle, née de mon attirance pour la cannelle, pour les vins rouges musclés et pour la cuisine longuement mijotée. Oubliez de préciser que c’est de la joue, à ceux que manger de la joue dégoûte : ils n’y verront que du tendre bœuf !

une belle joue de bœuf d’une livre, une livre et demi
2 litres de vin rouge corsé et charpenté, comme le Sidi Brahim d’Algérie
de la cannelle en poudre
4 à 8 bâtons de cannelle
un bouquet garni
un bel oignon
du poivre, du sel
un peu de beurre

Préparation : 10 minutes
Cuisson : de 5 à 6 heures, entrecoupée de pauses

Saupoudrer la joue de cannelle, sous toutes ses faces.
Poivrer, éviter le sel qui la ferait saigner.
Vider le vin dans une cocotte, ajouter le bouquet garni, l’oignon coupé en deux et les bâtons de cannelle.
Immerger la joue dans ce bouillon frémissant.
Faire cuire à feu très doux dans la cocotte fermée (éteindre le gaz de temps en temps, pour que la joue se repose et boive son bouillon).
Saler, si vous voulez saler.
Le vin va s’évaporer, la joue, s’échouer sur le fond légèrement caramélisé de la cocotte : ajouter un peu de beurre et laisser dorer quelques minutes, sans la retourner (fragile, elle se coupe désormais à la cuillère).

Accompagner de pommes de terre grenaille cuites au cidre, lavées sans être épluchées, salées au gros sel de Guérande, servir avec un Pécharmant, un Madiran ou un Bergerac, ou encore, plus étonnant, un cidre brut, le même que pour la cuisson des pommes de terre, ou même un Champagne, de la Côte des Bars, sans sucre ajouté.

Laisser un commentaire